Comment se faciliter la vie pour produire au potager ?

Quand nous nous sommes lancés dans le projet de construire notre maison, nous avions aussi le projet de produire nous-même en grande partie nos légumes. Faire un potager quoi ! Mais pas en mode traditionnel, parce que nous ne sommes pas pour les engrais et autres produits chimique et que nous sommes aussi un peu feignants : nous ne voulons pas passer tout notre temps à gérer notre potager. Voyons donc ensemble quels sont les grands principes qui vont nous faciliter la vie pour la production maraîchère ! 😉

Changer d’objectif pour votre potager

Ce qui nous paraît important dans un premier temps c’est de changer notre objectif par rapport à la production maraîchère.

L’objectif le plus actuellement répandu est :

Faire pousser des légumes (et autres plantes) sur son sol, produire.

Nous vous proposons un autre objectif :

S’occuper de son sol, le nourrir, le rendre “vivant” et en bonne santé.

Et ce sol vivant s’occupera tout seul de vos légumes, sans qu’il y ait besoin de rajouter quoi que ce soit. Parce que le sol connait mieux les besoins des plantes que nous. Et c’est plus facile de “produire” du sol (un sol riche) que de produire des légumes sur un sol pauvre, voir mort.

Un sol vivant ?

Mais qu’est-ce qu’on entend par “sol vivant” ?!

Voici les signes principaux qui vous montreront si votre sol est vivant ou non :

  • Il y a des animaux dans le sol : vers de terre, insectes, etc…

Vous pouvez le voir facilement en faisant un trou, si vous tombez tout de suite sur des animaux, c’est que votre sol est bien vivant. Et plus il y en a, plus il est vivant.

  • La présence de champignons
  • La couleur et la texture de la terre

Plus un sol est riche, vivant, plus il est sombre. De plus il a une structure en motte. Au contraire un sol pauvre, voir mort, sera plus clair et il aura tendance à ressembler à de la poussière ou du béton (=très dur)(d’autant plus s’il est mort). Et là du coup, si il pleut, la terre se fera plus facilement lessivée. Elle se transformera plus vite en boue qui va couler, que la terre d’un sol vivant qui restera en motte et seulement une fine couche de surface sera lessivée.

Comment créer un sol vivant pour votre potager ?

Ceci étant poser, nous allons maintenant vous donner une technique simple pour créer du sol vivant 😉 . Cette technique s’appuie sur 2 observations :

1- Nourrir le sol

Les végétaux ont besoin de nourriture pour pousser. Et cette nourriture ils la puisent dans le sol. C’est pour ça d’ailleurs que dans les sols “morts” on est obligé de rajouter de l’engrais. Sauf que si on ramasse les légumes, puis on en replante, sans rapporter de nourriture au sol, celui-ci va finir par épuiser toutes ses réserves. Et par mourir. C’est pour ça qu’actuellement on est en train d’appauvrir tous les sols.

Il faut donc avoir conscience qu’à chaque fois que l’on récolte des végétaux, ça appauvrit le sol. Et trouver un moyen de le nourrir. Pour cela, on va :

2- S’inspirer de la nature

sol d'une forêt

Tout simplement on va s’inspirer des conditions que l’on voit dans la nature. Parce que dans la nature les végétaux n’ont aucun problème à pousser. Et dans la nature, on ne voit jamais de terre apparente. En particulier dans le sol forestier, qui est le plus riche de tous les sols, la terre est toujours recouverte de végétaux, de feuilles mortes, de bois mort, etc…

Concrètement

Couvrir le sol

Nous allons donc nous employer à reproduire le sol d’une forêt et recouvrant le sol. Plusieurs solutions pour ça :

  • BRF = Bois Raméal Fragmenté. Il s’agit de copeaux de branches, idéalement fraîches (c’est à dire qu’elles viennent d’être coupées).
  • Paille, foin
  • Feuilles mortes, …

Il est important particulièrement d’apporter de la matière carbonée, c’est à dire contenant plus ou moins de lignine, de bois (dans le BRF il y en a beaucoup, dans la paille, un peu moins, mais quand même, et dans le foin encore moins). C’est cela qui va créer de l’humus stable.

tas de BRF à étaler sur le potager
Un nouveau tas de BRF pour nourrir notre sol cette année. En plus, les enfants sont contents 😄

L’idée c’est donc de recouvrir votre sol avec un apport massif de BRF et/ou de paille, foin. En moyenne nous vous conseillons 1 apport massif tous les ans de 10 cm d’épaisseur ! (oui, il faut viser une bonne couche !)

Un petit mot sur le compostage

Il est aussi possible de faire du compostage sur site. C’est à dire qu’on va verser nos déchets végétaux directement sur le sol de notre potager. Alors oui, ce n’est pas très esthétique. Mais au moins on redonne à manger directement aux petites bêtes du sol.

Au contraire, quand on fait un compostage sur tas (avec chauffe, etc…) on va plutôt créer un l’engrais pour les plantes. Ce ne sera pas de la nourriture pour le sol. Les 2 peuvent tout à fait se combiner, il faut juste avoir conscience qu’ils n’ont pas le même but final !

Et on fait quoi d’autre ?

Comme nous l’avons vu dans la première partie, notre objectif est devenu : nous occuper du sol, et laisser le sol s’occuper des végétaux. Autrement dit, nous voulons confier la croissance des plantes à notre sol.

Et pour cela, en plus de nourrir le sol, nous allons ….. éviter de trop intervenir ! Réduisez vos interventions au minimum. Allez surveiller ce qui se passe et agissez si nécessaire mais dans l’ensemble vous n’aurez pas grand chose à faire.

Vous pouvez surveiller les phases critiques suivantes :

  • les semis
  • les levées des plantes (à cause des limaces)
  • les transplantations de godets
  • les coups de chaud l’été

Et le reste du temps, laisser faire votre sol !

Nos conseils

Vous approvisionner en BRF, paille

Pour la paille, il est possible d’aller demander à un agriculteur de nous livrer un round baler (= 1 tonne de paille) dans l’année précédente qu’il n’a pas utilisé et qui ne lui servira plus. Et si vous avez construit en paille, il va sûrement vous en rester alors utilisez là 😉

Pour le BRF vous pouvez contacter (s’ils ont un broyeur) :

  • les élagueurs
  • les paysagistes
  • les services de maintenance de la voirie
  • les services techniques de la ville

et leur demander s’ils peuvent vous livrer du broyat.

livraison de BRF qu'on étalera sur notre potager
Livraison chez nous de BRF, récupéré chez l’élagueur de coin (c’est Olivier 😉!) en coopération avec un paysagiste qui a un broyeur.

Quand commencer

Si vous avez le projet d’avoir un jour un potager, nous vous conseillons de commencer à nourrir votre sol dès maintenant ! Si vous avez le terrain bien sûr. Dans ce cas, choisissez où vous allez mettre votre potager, sa taille, et appliquer ce que nous avons vu plus haut : faites venir des copeaux de bois et étalez-les sur la surface de votre potager. N’attendez pas d’être prêt, ou d’avoir fini votre maison, ou on ne sait pas quoi. Vous n’avez rien d’autre à faire que de ramener de la nourriture pour votre sol.

Faire revenir la vie dans un sol c’est long, donc autant commencer le plus tôt possible. Comme ça, quand vous serez prêt à commencer votre potager, votre sol sera déjà bien riche !

C’est ce que nous, nous avons fait, parce que notre terrain était une ancienne terre agricole et donc assez appauvrie. Du coup, quand après les 6 ans de construction nous avons été prêts à nous lacer dans le potager, la terre était redevenue bien vivante ! Et chez nous maintenant, quand on plante des patates, on ne s’en occupe quasiment pas et on les récolte à la main ou avec un bâton. Pas besoin d’autres outils ! Même les poireaux on les arrache facilement à la main !

Aller plus loin

Et, bien sûr, nous vous avons parler du potager mais vous pouvez utiliser cette méthode pour tous vos végétaux : arbres fruitiers, petits fruits, massifs de fleurs, plantes d’ornement, plantes aromatiques, etc… Olivier en a même mis aux pieds de ses bonsaïs ! 😉

On va même bientôt étaler du broyat dans notre toute nouvelle serre, pour enrichir le sol et produire de belles tomates, et autres végétaux du sud ! (On vous mettra des photos)

En images :

notre carrée d'herbes aromatiques recouvert de BRF
C’est notre carré d’herbes aromatiques + fraisiers qu’on a collé à la maison.
La première année nous avons mis une botte de paille complète sur le sol (1 petite, qui nous restait de la construction de la maison). Et cette année, nous avons mis du broyat de branches.
On verra comment ça repart au printemps.
notre potager recouvert de BRF
Notre potager recouvert de broyat. (Les buttes c’est pour les pommes de terre)
Avec le nouveau tas de BRF dans le fond.
BRF au pied des framboisiers
Et au pieds des cassis, groseilles, framboisiers !

Pour en savoir plus

Si le sujet vous intéresse et que vous voulez en savoir plus nous vous conseillons 2 vidéos. La première de 20 minutes et la deuxième de 1h44. 😉

L’abondance Végétale (selon Philip Forrer) – culture sur buttes
(20 minutes)
Konrad Schreiber – Les sols vivants
Beaucoup plus longue (1h44) et plus technique. Si vous êtes vraiment intéressés par le sujet 😉

Partagez l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 101
  •  
  •