L’histoire de l’autoconstruction de notre maison (1) : premières étapes et constructions

Nous parlons d’autoconstruction dans ce blog, mais qui sommes nous pour vous donner des conseils ?! 2 personnes qui se sont elle-mêmes lancées dans cette aventure 😀 . Donc nous avons décidé de  commencer par vous présenter les grandes étapes de l’autoconstruction de notre maison, comment nous est venue l’idée, qu’est-ce que nous avons fait, quand, etc…

Attention, cet article est un résumé succinct des différentes étapes. Si jamais vous avez des questions sur un point plus précis n’hésitez pas à nous la poser dans les commentaires. Si ça le nécessite (ou s’il y a plusieurs fois la même question) nous pourrons refaire un article plus détaillé sur le sujet 😉 . Ici l’idée principale est d’avoir une vue globale de l’ensemble de notre projet ! 🙂

Alors si vous voulez en savoir plus, suivez-nous, c’est parti 😉 !

L’idée/l’envie

Olivier a toujours été attiré par l’autonomie en fait, et donc par l’idée de construire lui-même sa maison.

Sarah elle en avait déjà rêvé étant petite mais elle pensait que c’était impossible donc elle avait oublié. Quand Olivier a abordé le sujet avec elle, et qu’elle a réalisé qu’en fait c’était faux, elle a été très enthousiaste.

Et voici comment on a décidé de se lancer dans l’autoconstruction ! 🙂

La phase de renseignements/préparation

Nous avons pris 2/3 ans pour nous renseigner. 2 ans pendant lesquels Olivier a beaucoup lu, a participé à un chantier de pose de paille + enduit avec sa sœur. Nous sommes allés visiter des maisons aussi et des chantiers en cours, nous avons rencontrés des auto-constructeurs.

Notre projet a évolué au fil de nos recherches, nous sommes passés par différents plans, différentes idées. (A un moment on avait même envisagé une maison ronde 😉 )

En même temps nous avons aussi réfléchi à l’emplacement de la future maison. Où est-ce qu’on voulait s’installer ? Sur un terrain nu et donc on optait pour une maison neuve ou bien un terrain avec une ruine et on partait sur de la rénovation ?

Sarah a donc, elle, passé un certain temps à regarder les biens en vente dans différentes régions.

Cette phase a durée de 2007 à 2009 environ. Sarah était en plein dans ses études supérieures donc nous avions le temps de se renseigner et de réfléchir à où nous voulions nous installer.

2009-2010 : achat du terrain et dépôt du permis de construire

En 2009 nous avons choisi de revenir vivre près de là où Sarah avait grandi. Olivier a lancé son entreprise d’élagage. C’était un choix qui nous permettait :

  1. d’avoir une vie plus libre puisqu’il pouvait choisir ses propres horaires. Plus de patron !
  2. de dégager du temps pour construire notre future maison : en effet, l’élagage est une activité saisonnière qui se fait surtout l’hiver. Du coup ça nous laissait tous les mois d’été libres pour l’autoconstruction 😉 (Eh oui, on pensait déjà à ça à la création de l’entreprise !)

Découverte du terrain idéal

Et tout notre projet s’est accéléré en 2010 quand Sarah a trouvé une super annonce pour un terrain sur Le Bon Coin. Après l’avoir visité nous avons eu un coup de cœur parce qu’il correspondait en grande partie à tous les points importants pour nous :

  • exposé plein sud (pour faire une maison bioclimatique)
  • une pente dans le bon sens (pour installer une phyto-épuration)
  • + de 3000 m²
  • à la campagne
  • et en même temps proche de la grande ville du secteur (assez pour pouvoir y aller en vélo si on veut)

En bonus, il y avait même 2 rangées d’arbres fruitiers à la limite du terrain ! (C’est ce qui nous a fait dire que ce terrain était génial pour nous – même si en fait ce sont des pommiers à cidre, donc on va progressivement remplacer par des arbres qui donnent des fruits “mangeables” 😉 )

La partie basse du terrain, la maison sera construite plus haut. Vous pouvez voir les arbres fruitiers dans le fond. (Les 2 gros ce sont des noyers et les autres des pommiers)

Le gros point positif de ce terrain, c’est qu’il était composé de 2000 m² non constructibles, et donc beaucoup moins cher. Ce qui permettait d’avoir un terrain sur la grosse commune du coin au même prix que des terrains dans des communes plus “paumées”. Et puis franchement, 1000 m² pour construire notre maison, c’était bien suffisant !

Nous avons donc décidé de déposer rapidement une offre, pour ne pas perdre cette perle rare. Et nous avons signé un compromis de vente dans lequel nous avons mis une condition : nous achèterions définitivement le terrain quelques mois plus tard si notre permis de construire était accepté. (A cette étape là normalement vous pouvez aussi poser la condition que votre prêt bancaire soit accepté. Mais comme nous avions l’argent pour payer directement, nous ne l’avons pas mise.)

Dépôt du permis de construire

C’est là que nous nous sommes retrouvés pressés par le temps. Parce que nous nous étions bien renseignés et nous savions quel type de maison (et de construction) nous voulions. Mais nous n’avions jamais défini de plans précis ni à quoi ressemblerait exactement la maison finie ! Il a donc fallut qu’on se mette à fond là-dessus, qu’on réfléchisse à ce qu’on voulait, la taille de la maison, l’agencement des pièces à l’intérieur aussi (parce que c’est en fonction de ça qu’on sait où on va mettre les fenêtres, les arrivées d’eau…). On a donc passé 2 mois de réflexions très intenses !

C’est Olivier qui a dessiné tous les plans, parce que nous ne voulions pas passer par un architecte. Et que notre maison faisant moins de 120m², nous n’étions pas obligés.

Sarah pendant ce temps là s’occupait du mariage ! Oui, on avait décidé de se marier avant de trouver ce terrain. 2010 ça a été notre année bien remplie 😉

D’ailleurs, qu’est-ce qu’on a eu comme cadeau de mariage ?

Notre première botte de paille !!! 😉

Notre dossier déposé, nous avons attendu la réponse de la mairie. Et après une demande de documents supplémentaires, notre permis de construire a été accepté ! Nous avions surtout une crainte au niveau de la phyto-épuration en fait, parce que ce n’était pas forcément super connu et accepté à l’époque, mais c’est passé 🙂

2 bâtiments

Là nous avons oublié de vous préciser que nous avons déposé 2 permis de construire en fait : 1 pour notre maison et 1 autre pour un bâtiment “à usage professionnel”. En effet, comme nous avions opté pour une maison plutôt petite (environ 100/110 m² en tout), nous voulions construire un bâtiment en plus pour stocker tout ce qu’on ne pourrait pas mettre dans la maison. Et comme Olivier venait de créer son entreprise, ça justifiait tout à fait la construction d’un tel bâtiment. (Même si au final il n’a pas du tout acheté de camionnette ou de gros matériel 😉 )

Les 2 permis ont été acceptés donc nous sommes partis pour 2 constructions 🙂

Le plan de masse du projet : (que nous avons mis dans le dossier du permis de construire)

Il n’est pas tout à fait complet parce qu’il devrait y avoir les réseaux de marqués normalement. Et puis nous avons fait une modification aussi, un peu plus tard : le bâtiment à usage professionnel n’est finalement pas collé aux limites de propriété, nous l’avons décalé de 3m de chaque côtés.

Mais comme ça vous pouvez déjà mieux visualiser 😀

Propriétaires !

Et comme les 2 permis de construire ont été acceptés… nous avons finalisé l’achat du terrain et nous en sommes devenus propriétaires fin 2010 ! Youpi.

2011 : construction du hangar

Ce que nous appelons le hangar c’est le fameux bâtiment à usage professionnel dont nous vous avons parlé plus haut. Nous continuerons à l’appeler comme ça pour la suite de l’article, vu que c’est comme ça qu’on l’appelle toujours 😉

Etape n°1 : le terrassement et les réseaux

Nous avons bien sûr démarré par le terrassement général (vu que le hangar et la maison sont proches l’un de l’autre). Et le passage des réseaux*, quitte à avoir un terrassier qui vient chez nous, autant tout faire dans la foulée 😉 (*électricité, eau et téléphone)

La tranchée ouverte avec les différentes gaines.
La tranchée refermée.

En fait, le hangar n’est raccordé à aucun réseau (c’était plus simple pour le permis de construire) donc là c’était plutôt en prévoyance pour la maison 🙂 . Mais nous avons quand même fait des tranchées tout autour de la future dalle pour y placer un drain. Qui permettra d’évacuer plus rapidement les eaux de ruissellement. (en jaune sur la photo 😉 )

Le hangar

Pourquoi le hangar d’abord ?

Nous avons décidé de commencer par le hangar pour 2 raisons principales :

  • nous entraîner pour la construction de la maison : découvrir le travail du bois, apprendre à lire des plans 
  • avoir ensuite un espace de stockage et abrité de la pluie : pour stocker la paille par exemple, pouvoir manger le midi à l’abri si besoin, stocker tout notre matériel sur le chantier, faire une partie du travail (ex. découpe du bois) dedans, etc…

De l’aide

Nous avons décidé de nous faire aider d’un charpentier pour cette construction. C’est lui qui a conçu les plans d’ossature et de charpente et il est venu nous aider à les mettre en oeuvre sur le chantier. Nous travaillions donc ensemble.

La construction 🙂

A partir d’ici vous pouvez suivre en parallèle le blog où nous avons partagé nos travaux. Nous allons mettre quelques photos ici mais si vous voulez plus de détails allez le voir en même temps ! Nous vous mettons les liens correspondant à l’étape en cours au fur et à mesure de l’article 😉 (ils sont soulignés)

Ce hangar est une construction en L d’environ 110 m² au total. Il n’y a pas d’étage mais on a prévu de pouvoir un jour mettre une mezzanine si besoin. Nous avons aussi prévu 2 grandes portes aux 2 extrémités du L pour pouvoir potentiellement acheter une camionnette un jour.

La “composition” de ce hangar (dans l’ordre de mise en oeuvre) :

  • fondations : dalle béton puis 1 rangées de parpaings stepoc tout autour. Nous avons coulé la dalle directement sur le sol car nous étions directement sur la roche. Donc pas besoin de grosses fondations. Nous avons quand même fait une dalle d’une bonne épaisseur (entre 5 et 8cm en fonction des endroits). Puis nous avons posé une rangée de parpaings pour que le bois ne repose pas directement sur le sol. (pour plus de détails voir le coulage de la dalle puis la mise en place des parpaings ici et ici)

  • ossature en bois : poteaux poutres (tout est dit, ça explique la section des poteaux 😉 ). Le charpentier aimant beaucoup le travail du bois il nous a proposé de tout faire en tenons-mortaises et emboîtement. Ce qu’on a fait ! (vous pouvez voir une mortaise sur la 1ère photo). On a quand même mis des vis hein, et parfois même des balaises ! (pour plus de détails voir le début de la pose, une petite vidéo vue d’ensemble, ossature quasiment finie)
Une mortaise 😉

Ce détail pour vous montrer le débord de toit qu’on a prévu (50cm) (Olivier tenait beaucoup à ses débords de toit, vous verrez ceux de la maison aussi 😉 )
Charpente au niveau du L (ce qui nous a décidé à prendre un charpentier !)
  • murs en bardage bois horizontal (2 articles ici et ici)

  • toiture en bac acier beige (je ne me souviens plus franchement pourquoi on a choisi cette couleur !!) alterné toutes les 3 plaques avec 1 plaque transparente. Parce que nous n’avons pas prévu de fenêtres dans les murs donc c’est par le toit que rentrera la lumière. (et la pose en photos !)
Pose des lattes sur lesquelles seront vissées les plaques de bac acier.

  • Et pour finir : les portes (en bois aussi bien sûr !)

  • Finitions : nous avons laissé tout le bois brut, ce qui fait que depuis il a grisé. Ce qui se voit surtout sur le bardage qui n’a plus du tout la même couleur que sur le photos. Il faut le savoir : si vous voulez que le bois reste beige, il faut mettre une lasure teintée. Et du coup la refaire régulièrement. Nous, nous avons opté pour le naturel (et l’économie 😉 ) !

Une photo du hangar fini 😀 :

En parallèle

En parallèle de cette construction (parce que nous avons dû attendre plusieurs fois le charpentier) nous sommes allés chercher la paille et nous avons commencé la phyto-épuration.

La paille

Eh oui, pour notre maison il nous fallait des petites bottes de paille. Nous savions que nous ne commencerions pas cette année là, mais peut-être la suivante, donc autant l’avoir dès maintenant. Et puis comme ça, on avait aussi l’impression de commencer un peu notre maison 🙂

Nous avons demandé de l’aide à la famille et des amis pour venir nous aider à aller chercher les bottes dans le champ. Ça nous a pris la journée. De mémoire, nous avons dû en prendre environ 500.

On les a ensuite mis en tas sur notre terrain et nous l’avons bâché, pour le protéger des éventuelles pluies. (Oui la paille avec de l’eau, ça peut pourrir !)

Et le jour où nous avons posé la couverture du hangar nous avons aussi rentré la paille. Parce que ça faisait un moment qu’elle était dehors et que la bâche ça ne protège pas si bien. (Ça faisait plus de 8 mois qu’elle était dehors)

D’ailleurs une bonne partie des bottes avaient commencé à pourrir et on a dû les jeter.

En prévision du potager

Alors quand on dit “les jeter”, en fait on les a utilisées pour pailler le potager ! Comme notre terrain était à l’origine un terrain agricole, la terre était assez appauvrie. Alors nous avons commencé dès le début à mettre du paillage, des copeaux, des engrais verts (sarrasin) pour l’enrichir à nouveau, en particulier à l’endroit où nous prévoyions de faire le potager. Et nous y avons rajouté la paille qui n’était plus utilisable pour la maison. Rien ne se perd ! 😉

La phyto-épuration

Comme nous avions aussi le temps (vu que le charpentier gérait plusieurs chantiers en même temps) nous avons commencé à creuser les emplacements pour poser nos futurs bacs. (On vous épargne les photos du piquetage parce que dans l’herbe, on ne voir rien !)

Comme vous le voyez, nous avons placé et rempli la plupart des bacs. En tout il y en avait 5 de prévus : 2 qu’on appellent “verticaux” (les 2 en premier plan) puis 3 en “horizontal” (à la suite dans le bas du terrain). Cette phyto-épuration est conçue selon le procédé d’Anne Rivière.

Et nous nous somme arrêtés là parce que, en cours de route, nous avons reçu une lettre de la mairie (la SAUR ?) qui nous disait qu’en fait il y avait eu une “erreur informatique” et que ce système d’épuration n’était pas du tout accepté ! Du coup on l’a laissé en l’état et on n’y a plus touché les années suivantes. (On a fait un peu l’autruche, en espérant que ça passerait plus tard 😉 )

Vous connaîtrez donc la fin de l’histoire de la phyto-épuration à la fin, parce qu’on a finalement terminé par ça ! 😉

2012 : année “pause”

Le hangar a été terminé début 2012 (les petites finitions).

Nous avons aussi demandé, dans la foulée, à notre charpentier de nous concevoir les plans d’ossature et de charpente de la maison. Parce que ça nous paraissait finalement trop compliqué de les faire nous-mêmes (même si nous avions un livre qui nous expliquait comment faire). Nous voulions nous économiser du temps et de l’énergie. Et surtout nous ne savions pas vraiment comment dimensionner la charpente, en particulier la ferme. Du coup nous avons acheté les plans d’ossature ! (Et franchement, on ne l’a pas regretté, ils étaient super 🙂 ! )

A part ça, pas de travaux. Nous espérions en fait demander un prêt bancaire pour la maison et l’entreprise d’Olivier était trop jeune. Il nous fallait attendre qu’elle ait 3 ans minimum pour que les banques “puissent” étudier notre dossier.

Et finalement les banques n’ont pas voulu nous prêter (on ne gagnait pas assez). Donc nous avons décidé de nous lancer en auto-financement, avec l’argent qu’on avait encore. En prenant plus de temps peut-être mais sans faire de prêt ! Et nous avons réussi à terminer sans aucune aide des banques. Du coup nous sommes dès maintenant vraiment propriétaires de notre maison ! 😀

2013 : le début de la maison !

Finalement, en rédigeant cet article nous avons réalisé à quel point ce projet était imposant ! Du coup il ne nous parait pas opportun de tout mettre dans un seul et même article, cela ferait vraiment trop d’informations d’un coup.

Vous pouvez retrouver la suite ici : l’histoire de l’autoconstruction de notre maison (2) : la maison, gros oeuvre 🙂

Si déjà vous avez des interrogations sur cette partie là, partagez-les nous dans les commentaires, nous seront ravis de répondre à vos questions et de rentrer plus dans les détails.

Nous espérons que cet article vous a plu, que vous avez été ravis de découvrir notre projet (nous ça nous fait plaisir de nous replonger dedans) et que vous voyez comme ça qu’il est vraiment possible de construire soi-même sa maison ! (Oui, bon, pas encore la maison 😉 )

Dites nous dans les commentaires ce que vous en pensez et quelles sont vos questions…. Nous sommes là pour ça ! 😀

Partagez l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 11
  •  
  •