Une maison bioclimatique, les grands principes

Quand on s’intéresse à l’autoconstruction ou la construction écologique en générale, on entends rapidement parler de maison bioclimatique. Mais qu’est-ce que c’est exactement et quels sont les grands principes à respecter pour concevoir sa propre maison bioclimatique ? C’est ce que nous allons voir ensemble dans cet article.

Idée générale

Une maison bioclimatique c’est une maison qui prend en compte son environnement et s’harmonise avec lui. Cela dans le but de diminuer au maximum sa consommation d’énergie (voir la supprimer) tout en offrant une vie confortable aux habitants de la-dite maison.

On va donc tirer au maximum profit des énergies naturelles dans la conception de la maison. En particulier l’énergie solaire, vu que le soleil est quand même LA source de chaleur principale de la Terre 😉 .

Ce n’est pas les équipements d’une demeure qui fait d’elle une maison bioclimatique, mais l’ensemble de son architecture intégrant son orientation et d’autres spécificités qui ont pour objectif de tirer profit des énergies naturelles. Ainsi, les panneaux solaires et photovoltaïques, ou encore les pompes à chaleurs ne sont que des éléments constitutifs de l’habitation. Ils ne font pas partie de son appellation.

https://www.constructeurdemaison.net/conseils/eco-construction/la-maison-bioclimatique-1504/

Il existe plusieurs principes à respecter quand on veut construire une maison bioclimatique. Des principes “essentiels”, qu’il faut absolument mettre en place, et d’autres plus “optionnels”, si on veut aller plus loin et diminuer encore plus sa consommation d’énergie.

Ce à quoi il faut absolument faire attention quand on veut une maison bioclimatique – les principes de base !

Une maison bioclimatique se concentre sur 3 axes principaux :

  1. Capter la chaleur du soleil
  2. La stocker/la diffuser dans la maison
  3. La conserver
  4. (Et en été : se protéger de la chaleur !)

Pour être qualifiée de bioclimatique, notre maison va donc devoir tenir compte de ça. Mais comment fait-on ??

1/ L’orientation de la maison

Le 1er principe à respecter est de bien orienter sa maison ! En effet, en hiver, le maximum d’ensoleillement est au sud, et en été, à l’est et à l’ouest. On veillera donc à orienter sa maison face au sud pour capter le maximum de chaleur l’hiver.

Ce principe commence donc dès l’achat du terrain !! Parce que il va forcément falloir trouver un terrain qui permet cette bonne orientation. Nous, quand on a trouvé CE terrain, avec la bonne exposition, la bonne pente (pour la phyto-épuration), à proximité de la ville, pas très cher parce que à 2/3 non constructible, avec un verger en plus, nous avons déposé une offre dans la semaine ! 🙂

Capter la chaleur au sud

Une fois que vous avez trouvé ce terrain idéal, il va falloir prévoir de mettre le maximum de fenêtres au sud. C’est pour cette raison que nous avons entièrement vitré notre façade sud !

Vous pouvez aussi rajouter une serre, c’est à dire des fenêtres en plus devant votre mur sud, pour créer un espace qui va capter et condenser la chaleur du soleil.

Eviter les pertes au nord

Ensuite il faut mettre le minimum d’ouvertures au nord, voir pas du tout. Idem pour les ouvertures dans la toiture, à éviter ! Dans le mur nord, une porte et une (petite) fenêtre au maximum, pour éviter les pertes thermiques.

Notre façade nord (pas encore enduite)

C’est quand même bien d’y prévoir au moins une ouverture pour la surventilation nocturne l’été. (Pour rafraîchir les masses thermiques et qu’ainsi il fasse frais le matin.)

Et les pièces collées au mur nord seront idéalement des pièces tampons qui ne nécessitent pas un grand confort thermique, par exemple le garage, la buanderie, le local technique, le cellier, les WC.

Et pour l’été ?

L’été, c’est le problème inverse qui se pose, à savoir qu’il va falloir éviter de trop capter la chaleur du soleil. Cela n’empêche pas d’installer les grandes baies vitrées, il faut juste rajouter quelques aménagements !

Tout d’abord il faut savoir que le soleil est beaucoup plus haut dans le ciel en été qu’en hiver. Du coup, l’inclinaison des rayons n’est pas la même et souvent, en rajoutant simplement un débord de toit au sud, appelé casquette, les rayons d’été (plus verticaux) seront arrêtés. Et les rayons de l’hiver, plus horizontaux, rentreront entièrement par les fenêtres.

Ensuite vous pouvez prévoir des aménagements paysagers : pergolas devant la maison avec des plantes grimpantes, arbres plantés, etc… Choisissez des végétaux caducs, qui auront des feuilles l’été pour vous faire de l’ombre et qui les perdent l’hiver, laissant ainsi passer les rayons du soleil. Et voilà comment la nature peut vous aider très facilement 😉

Petite astuce 😄

Quitte à faire ça, pourquoi ne pas en profiter pour mettre des plantes “utiles” ? Vous pouvez prévoir de mettre des arbres fruitiers pour faire de l’ombre par exemple, ou faire pousser sur la pergolas de la vigne, des concombres, des potimarrons, et toutes ces plantes potagères qui ont besoin de grimper et que vous pourrez ainsi cueillir depuis votre terrasse ! Nous, on a construit la pergolas cette année et on teste ça l’année prochaine 😃 !

Pour finir il faut faire attention à l’exposition est et ouest, parce que ce sont ces 2 faces qui vont le plus capter le soleil (en été). Pour ces 2 expositions, vous pouvez soit prévoir un peu moins de fenêtres, soit faire comme au sud : casquettes, pergolas, plantation de végétaux caducs, etc… Avec des petites astuces toutes simples, vous vous en sortirez très bien ! Nous, on n’a pas trop prévu ça à l’ouest et on s’est bien rendu compte en 2 ans de vie dans la maison, que l’été, nous avions extrêmement chaud à partir de 17h, quand le soleil arrivait dans les fenêtres du pignon. Petite erreur de notre part 😊. Nous allons réfléchir à une solution !

2/ De l’inertie

Si vous avez respecté les principes décrits plus haut, vous captez très bien la chaleur de soleil. Cool ! Mais maintenant, l’important ça va être de la garder, la stocker dans votre maison. Sinon vous aurez très très chaud quand il y aura du soleil, et dès qu’il ne sera plus là, vous aurez froid. Le principe de la serre quoi, et on ne veut pas ça pour notre maison, parce que c’est loin d’être confortable. Et c’est là qu’intervient la notion d’inertie.

L’inertie ?

L’inertie, c’est la capacité qu’ont certains matériaux à stocker de la chaleur quand l’air ambiant est plus chaud qu’eux, puis à la restituer quand l’air rafraîchit. En voici une excellente définition :

L’inertie thermique d’un bâtiment est recherchée afin de minimiser les apports thermiques à lui apporter pour maintenir une température constante. L’inertie thermique est importante pour assurer une ambiance climatique confortable pour ses occupants.
Un bâtiment à forte inertie thermique équilibrera sa température en accumulant le jour la chaleur qu’il restituera la nuit pour assurer une température moyenne.
Les matériaux à forte inertie thermique sont utilisés pour accumuler la chaleur ou la fraîcheur.

https://www.climamaison.com/lexique/inertie-thermique.htm

Il y a deux intérêts majeurs à avoir une bonne inertie dans sa maison :

1. Atténuer les pics des courbes de températures

Sans inertie, quand le soleil tape dans vos fenêtres à midi, vous allez avoir un fort pic de chaleur. Avec inertie, ce pic sera moindre, car les matériaux vont absorber une partie de la chaleur et la stocker. Pareil quand la température diminue. Avec de l’inertie la température descendra moins bas que s’il n’y en avait pas.

Il y aura donc moins d’amplitude de température et ce sera bien plus confortable à vivre !

2. Avoir un déphasage thermique

Ensuite, le fait que les matériaux absorbent une partie de la chaleur en pleine journée, va faire que, quand la température intérieure commencera à baisser, ils vont la restituer. Cela permet de retarder le moment où la chaleur de la pièce va réellement commencer à diminuer. Inversement, quand il fait chaud dehors, l’inertie des matériaux fait que l’air intérieur commencera à chauffer un peu après.

C’est ce qu’on appelle le déphasage thermique. Les courbes de températures intérieures de la maison sont en décalage par rapport aux courbes de températures extérieures.

Une autre bonne façon d’expliquer ces 2 phénomènes, (avec courbes de températures à l’appui !) :

Cette capacité (= l’inertie) permet de limiter les effets d’une variation “rapide” de la température extérieure sur le climat intérieur par un déphasage entre la température extérieure et la température de surface intérieure des murs et par amortissement de l’amplitude de cette variation. Un déphasage suffisant permettra par exemple que la chaleur extérieure “n’arrive” qu’en fin de journée dans l’habitat, période où il est plus facile de le rafraîchir grâce à une simple ouverture des fenêtres.

C’est grâce à ces 2 aspects, que l’on va pouvoir maintenir naturellement un bon confort thermique dans sa maison. Et éviter les coups de chaud puis les coups de froid ! 😉

Comment amener de l’inertie dans sa maison ?

Les matériaux qui ont le plus d’énergie sont les matériaux lourds et dense. Par exemple le béton, la terre, la pierre, les briques. Plus un matériaux est lourd et dense, plus il aura d’inertie.

Il faut prévoir d’en mettre un maximum dans sa maison, soit sur les murs externes, soit construire ses murs intérieurs avec ce type de matériaux, soit d’autres aménagements. Voyons les différents possibles :

Murs externes

Ce qu’on appelle les murs externes, ce sont les murs qui délimitent la maison et qui ont donc une face à l’extérieur et une face à l’extérieur. On peut prévoir par exemple, comme enduit à l’intérieur de la maison, un enduit d’une bonne épaisseur en terre. Ou bien, y mettre du carrelage ou de la pierre de parement. (Attention à la pierre à en choisir une qui est vraiment dense et lourde ! Certaines, comme la pouzzolane ou le calcaire, sont légères et n’apporteront pas beaucoup d’inertie.)

Pour le carrelage, on peut d’ailleurs aussi prévoir d’en mettre au sol, il apportera de l’inertie pareil. Nous, nous avons rempli nos fondations de cailloux (vous pouvez revoir ça dans cet article), et cela contribue en partie à l’inertie de notre maison. Même si le fait qu’il y ait des vides fait que ce n’est pas totalement optimisé. Mais c’est le choix que nous avons fait pour favoriser un bon drainage de la dalle (hérisson), donc c’est un bon compromis pour nous.

L’important, si on prévoit de mettre des matériaux à forte inertie sur les murs externes de la maison, c’est de bien mettre l’inertie à l’intérieur de la maison, et seulement après de mettre la couche isolante. Par définition un isolant n’a pas d’inertie, puisque son rôle à lui c’est d’empêcher la chaleur (ou le froid) de passer ! (C’est le principe de l’isolation par l’extérieur.) Pas la peine d’avoir de l’inertie à l’extérieur de la maison, puisque la chaleur stockée ne traversera pas votre isolant 😉

Murs intérieurs

Là, l’idée c’est de construire les murs qui vont délimiter les différentes pièces avec des matériaux à forte inertie. Logique !

C’est l’option que nous avons choisie 😉. Nous avons construit le mur intérieur du rez-de-chaussé en BTC (= briques de terre compressées). Et une partie d’un mur à l’étage en briques (moins d’inertie mais quand même). Nous aurions pu choisir aussi de remplir directement le mur en terre, ce qu’ont fait certaines de nos connaissances dans leur maison. Pour nous, poser des briques c’était plus simple ! 😄😊

Et il est toujours possible de poser du carrelage, ou des dalles de marbre ou autre, sur ces murs, pour toujours plus d’inertie. 😉

Autres aménagements

Une autre solution, que l’on a observé plusieurs fois chez des gens, consiste à utiliser la cage d’escalier. Il s’agit de placer son escalier face au sud, face à de grandes baies vitrées et à construire les murs qui le délimite (et les espaces vides qu’il crée) avec de la terre ou des BTC ou autre matériau à forte inertie. En plus, cette solution favorise les échanges thermiques entre les 2 étages, ce qui est pas mal !

Et la dernière solution que nous vous partageons ici, c’est le mur trombe. C’est un mur construit devant les fenêtres du sud en laissant seulement une fine lame d’air de quelques centimètres entre les 2. Et la face qui est face au soleil est peinte en noire, pour absorber un maximum de chaleur. Un bon aménagement pour apporter de l’inertie 😃. Nous en avons construit un bas (environ 50cm de hauteur) tout le long de nos fenêtres chez nous, toujours en BTC !

3/ Une très très bonne isolation

Maintenant que nous captons bien le rayonnement solaire et que nous avons installé de l’inertie pour stocker la chaleur (ou la fraîcheur) dans notre maison, il reste un dernier point à mettre en place : l’isolation de la maison ! Parce que si cette isolation n’est pas excellente, la chaleur ne restera pas dans la maison et tout le reste ne sert donc pas à grand chose !

C’est comme un bon manteau (ou la fourrure chez les animaux) : il nous permet de maintenir notre chaleur corporelle tout en nous protégeant du froid !
Les murs – en matériaux naturels !

Une maison bioclimatique étant faite pour s’harmoniser avec l’environnement, on évitera tous les matériaux “classiques” style laine de verre, béton, etc… utilisés dans les constructions “normales”. Nous allons privilégier les matériaux naturels et écologiques. Pour la construction, par exemple l’ossature bois ou les briques mono-mur. Pour l’isolation, il existe de plus en plus de matériaux écologiques disponibles sur le marché, les plus courant étant : laine de bois, laine, ouate de cellulose, paille.

Et pour avoir une très bonne isolation, il faudra viser une certaine épaisseur des murs (et donc d’isolant). En effet, plus il y a d’isolant et plus la maison sera bien isolée ! 😜 (jusqu’à une certaine limite quand même)

Une petite note en plus sur l’intérêt des matériaux naturels (y compris pour l’enduit : privilégiez un enduit chaux ou terre, plutôt que béton !) : ils rendent les murs perspirants, c’est à dire que ce sont des matériaux qui vont gérer l’humidité de votre maison. Concrètement, quand l’air intérieur va être chargé de trop d’humidité (comme lorsque vous prenez une douche par exemple), les murs vont l’absorber. L’air est ainsi beaucoup plus sain ! D’ailleurs c’est l’intérêt d’aller visiter des maisons construites avec ce type de matériaux, vous sentirez tout de suite, en entrant, que l’ambiance/l’atmosphère n’est pas la même que dans une maison classique. Nous dans notre salle de bain, nous n’avons jamais l’ambiance sauna ! (et même, jamais de buée sur notre miroir !!)

Les ouvertures

Pour finir, pensez aux portes et aux fenêtres, parce que beaucoup des déperditions énergétiques peuvent se faire là. Prenez au minimum des fenêtres à double vitrage, voir triple. Le choix ici dépendra en grande partie de la région où vous vivez et si vous avez des hivers vraiment froids ou pas. Par exemple, pour nous en Bretagne, nous avons décidé que le double vitrage était bien suffisant vu que les températures ne descendaient quasiment jamais sous -5°C (et encore, à peine 1 semaine par an !). Donc nous n’avons pas vu l’intérêt de mettre beaucoup plus d’argent dans du triple vitrage, qui n’avait pas une grande utilité chez nous.

Vous pouvez aussi, pour les fenêtres, en prévoir certaines fixes, c’est à dire qui ne s’ouvrent pas. Dans notre façade sud par exemple, sur 6 fenêtres, il y a en seulement 1 qui s’ouvre. Cela évite des déperditions de chaleur parce que c’est souvent au niveau de l’ouvrant que cela pose le plus de problème ! (Et c’est moins cher aussi 😉.) Donc demandez-vous quelles fenêtres chez vous pourraient être fixes et lesquelles doivent s’ouvrir (parce qu’il faut pouvoir aérer de temps en temps quand même). Mais c’est dommage de prévoir des fenêtres ouvrantes que vous n’ouvrirez peut-être jamais. En plus, ce n’est pas optimal pour l’isolation ! 😜

Et pour les portes, c’est pareil, vérifiez qu’elles soient bien isolantes/isolées. Nous, nous avons fait faire la notre sur mesure par un menuisier et nous lui avons demandé de faire bien attention à ce point ! En fait, nous avons eu de la chance parce qu’il était lui-même bien branché habitat écologique et isolation, donc il nous a proposé de lui-même de nous le faire. En plus avec des matériaux écologiques, donc top ! 😃

Et avec tout ça vous avez déjà de quoi faire pour commencer à concevoir votre maison bioclimatique 😉. Il y a quelques autres astuces que vous pouvez mettre en place pour optimiser les 3 points ci-dessus :

Autres astuces importantes

Forme compacte

Pour éviter les déperditions de chaleur, il vaut mieux privilégier une forme compacte de la maison. En effet, plus il y a de surface de contact avec l’extérieur (murs) plus il y aura de déperdition de chaleur. La forme la plus compacte est le rond (pas forcément facile à mettre en place sur une maison mais possible, nous en avons visité une 😉). Ensuite le carré, puis le rectangle. Les formes en L, de plein-pied, etc… auront plus de difficultés à chauffer et à maintenir la chaleur.

Chauffage au centre

Une maison bioclimatique peut très bien réussir à se passer de chauffage (normalement, et si vous mettez tous les systèmes en place). Si malgré tout vous pensez que vous en aurez besoin ou que vous souhaitez vous rassurer, privilégiez de mettre un poêle à bois et surtout de le mettre au centre de la maison !

Cela aura d’autant plus d’impact si votre maison a une forme compacte, comme ça vous n’aurez besoin que d’un seul point de chauffage. Avec une forme en L par exemple, vous risquez d’en avoir besoin de 2. Mais avec une maison compacte, avec 1 seul poêle au centre de la maison, vous chaufferez facilement l’ensemble. Surtout si vous mettez la cage d’escalier pas loin, comme ça la chaleur du poêle montera naturellement dans les chambres (parce que la chaleur monte 😉).

Prévoyez quand même des rideaux pour fermer la cage d’escalier quand la température à l’étage sera bonne. Parce que sinon la chaleur va continuer à monter, donc vous continuerez à chauffer en bas parce qu’il y fera “froid”. Et quand vous monterez vous couchez, vous vous rendrez compte qu’en fait toute la chaleur est en haut et qu’il y fait super chaud. Donc, il faut faire un peu attention à ça. Mais en observant le comportement de votre maison et avec l’expérience, vous y arriverez très bien !

Les principes supplémentaires que l’on peut mettre en place pour diminuer encore plus sa consommation d’énergie

Une fois que nous avons respecté tous les principes de base décrit plus haut pour concevoir notre maison bioclimatique, nous pouvons bien sûr aller plus loin en y rajoutant des aménagements qui vont nous permettre de consommer encore moins.

VMC double flux

La ventilation est très importante dans une maison pour renouveler l’air. Donc soit il faut ouvrir les fenêtres tous les jours (c’est ce que nous faisons !) soit il faut installer une VMC (= ventilation mécanique contrôlée). Et quitte à en installer une, privilégiez une double flux. Comme ça, l’air sortant de la maison réchauffera celui de l’extérieur en hiver et rafraîchira le plus chaud de l’été. Ainsi vous gagnez déjà quelques degrés de moins à chauffer !

Vous pouvez aussi la coupler à un puits canadien : pour avoir de l’air frais l’été et tiède l’hiver, surtout si vous le faites passer par une serre avant.

Enfin bon, c’est toujours le même principe quoi, vous commencez à comprendre le truc ! 😉

Chauffe-eau solaire

Plutôt que de prévoir un chauffe-eau classique électrique, vous pouvez décider de mettre un chauffe-eau solaire. Qui du coup, vous permettra de faire des économies une bonne partie de l’année ! C’est un peu plus gros qu’un classique mais l’installation en elle-même n’est pas très compliquée.

Une petite astuce pour économiser encore plus d’énergie : vous pouvez brancher votre lave-linge directement sur l’eau chaude, comme ça vous évitez la mise en route des résistances de votre lave-linge pour chauffer l’eau. 😄

Panneaux photovoltaïques, éolienne, etc…

Pourquoi pas installer un système qui pourra vous fournir en partie votre électricité ? Si vous avez la place (pour l’éolienne) et le budget.

Vous aurez alors 2 possibilités : soit vous réinjectez votre électricité dans le réseau, soit vous l’utilisez pour votre consommation personnelle. Dans ce dernier cas il vous faudra prévoir en plus des batteries pour stocker l’électricité produite en attendant de l’utiliser. Ça se fait, il faut juste garder de la place pour ces batteries dans votre maison !

Récupération de l’eau de pluie

Vous pouvez prévoir de récupérer l’eau de pluie, pour l’utiliser dans les WC ou dans le lave-linge par exemple. En fait vous pourriez aussi l’utiliser pour la boire, à condition de mettre en place un système de filtration et d’assainissement de l’eau avant de l’injecter dans votre réseau d’eau. C’est possible, nous avons visité une maison où les propriétaires faisaient ça. Après, l’utiliser pour des équipements qui ne nécessitent pas d’eau potable, ça fait déjà de bonnes économies !

Il faut prévoir d’installer de grandes cuves (à vous de calculer le volume dont vous aurez besoin) pour récupérer et stocker l’eau. Et bien sûr, il faut les enterrer, principalement pour que l’hiver, l’eau ne gèle pas ! 😉

Un grand terrain

Pour finir, quitte à avoir une maison quasi autonome en énergie, pourquoi ne pas envisager également votre autonomie alimentaire ? Avec un minimum de terrain (nous, nous avons 3000 m2) vous pourrez vous faire un (petit) potager, planter des arbres fruitiers, avoir des poules pourquoi pas, etc…

Ce sont de bonnes économies aussi, et qui vont très bien avec le principe de maison bioclimatique ! Pensez-y au moment de l’achat du terrain si vous êtes tentés 😄.

Et voilà.

Avec tout ça, vous devriez faire de bonnes économies, tout en vivant dans une maison confortable, écologique, … une maison bioclimatique quoi 😃 !

Vous n’aurez peut être même pas besoin de chauffage. Et dans le doute, vous pouvez toujours installer un petit poêle d’appoint, comme on l’a vu plus haut.

Et vous avez maintenant toutes les clés en main pour concevoir votre propre maison bioclimatique !

Bonus

Et si vous n’en avez pas encore marre de nous lire, vous trouverez si dessous notre point de vue personnel et notre retour d’expérience de notre vie dans notre maison bioclimatique. Il n’y a pas de nouveautés par rapport à ce que nous vous avons expliqué plus haut, donc si vous ne cherchiez que la manière de concevoir une maison bioclimatique, vous pouvez vous arrêter là. (Nous savons que cet article est bien long déjà !)

Mais si ça vous intéresse de voir ce que nous avons fait concrètement et d’avoir un point de vu “d’utilisateurs”, lisez la suite 😉

Notre avis et expérience personnelle

Le principal pour avoir une maison bioclimatique est dans sa conception initiale : respecter l’orientation, l’isolation, la mise en place d’inertie. Ce sont vraiment les bases. Le reste, c’est optionnel, si vous avez le budget (parce que ça coûte un peu cher tout ça) et que cela correspond à vos valeurs.

Ce que nous avons fait et pourquoi

Parce que, honnêtement, nous, nous n’avons rien installé de tout ça. Nous n’avons pas de VMC du tout, un ballon d’eau chaude électrique, tout ce qu’il y a de plus classique, et nous récupérons l’eau de pluie avec seulement les cuves en plastique d’1m3 vendues dans les jardineries, pour arroser le potager. C’est déjà pas mal remarquez 😉 ! Nous sommes aussi en toilettes sèches, ce qui fait que, malgré tout, nous économisons une grande quantité d’eau. D’ailleurs, nous n’avons pas parlé de ça dans cet article, si ça vous intéresse, n’hésitez pas à nous le dire en commentaire, nous pourrons y consacrer un article si besoin.

Nous avons fait ces choix pour plusieurs raisons :

  1. Le budget, parce que, comme nous l’avons dit, tous ces équipements coûtent quand même chers.
  2. Nous sommes pour l’écologie mais aussi pour la décroissance. Pour nous ce n’est pas vraiment “écologique” de consommer autant, même si c’est pour acheter des trucs écolos. Nous préférons consommer moins mais plus responsable. Et pour nous, ces investissements n’étaient pas justes. En plus, dans le cas des panneaux solaires (nous avions réfléchis à en mettre au départ), leur fabrication est assez polluante. Donc est-ce vraiment intéressant ? Et écologique ?
  3. Nous avons tenu compte aussi de notre situation : Olivier étant élagueur, il ramène régulièrement du bois à la maison. Ce n’est donc pas un problème pour nous d’avoir un poêle à bois pour nous chauffer, vu que celui-ci ne nous coûte rien du tout.
  4. La VMC double flux, nous l’avons sérieusement envisagée, mais c’est devenu un tel casse-tête de savoir où et comment on allait passer ses tuyaux (d’entrée et d’évacuation de l’air) dans la maison, que nous avons laissé tomber et que nous avons décidé que nous ouvririons les fenêtres tous les matins pour aérer. Franchement, nous le faisons même en hiver et c’est très bien comme ça !

Mais vu que nous avons choisi de consommer de l’électricité, nous avons quand même décidé de prendre un fournisseur “100% énergies renouvelables”. Un peu plus cher qu’EDF mais plus en accord avec nos valeurs. Oui, on peut toujours trouver des compromis dans nos décisions 😉 ! Si ça vous intéresse, nous sommes chez Enercoop.

Tout est possible !

Cela n’est bien sûr que notre point de vue, pour vous montrer que c’est possible d’avoir une maison bioclimatique en se basant juste sur une conception réfléchie, sans avoir besoin de rajouter des équipements spéciaux.

Nous vous partageons tout ça aussi, pour vous montrer qu’il n’y a pas de recette toute faite. Le principal c’est de partir de votre situation et de voir ce qui vous conviendrait le mieux à vous, en fonction de comment vous vivez, ce dont vous avez envie, ce en quoi vous croyez, etc…

Nous ne disons pas du tout que c’est mal d’installer des équipements, d’ailleurs qui sait, si nous avions eu l’argent, peut-être bien que nous les aurions mis. Nous disons juste qu’il faut bien réfléchir avant de prendre ses décisions. Pour avoir une maison vraiment adaptée à VOUS. C’est ça aussi l’intérêt de l’autoconstruction, non ? 🙂

La vie dans une maison bioclimatique

Si nous finissions en vous partageant comment est notre vie dans cette maison ?! 🙂

Eh bien, déjà nous pouvons vous dire que nous n’avons pas été assez attentif à l’isolation au démarrage du chantier (il doit y avoir quelques trous entre les bottes de paille que nous n’avons pas bien bouchés). Du coup, il y a de petits défauts d’isolation. Et nous n’avons peut-être pas assez d’inertie. Ceci étant dit…

La baie vitrée

… c’est le bonheur total d’avoir cette immense baie vitrée et du soleil toute la journée. Même la maison des parents d’Olivier qui nous paraissait super lumineuse avant, nous parait bien sombre maintenant ! (Bah oui, ils sont orientés à l’ouest, du coup on ne voit le soleil qu’en milieu-fin d’après-midi.) En plus nous pouvons observer la course du soleil en fonction de saisons, de la lune aussi, et c’est vraiment super chouette.

On se croirait presque à l’extérieur 😉
La température de la maison

Niveau température, à cause des 2 défauts dont nous venons de vous parler, ce n’est peut-être pas aussi confortable que ça pourrait l’être. Aujourd’hui par exemple il y avait un grand soleil alors j’ai été obligée à un moment d’ouvrir les fenêtres parce que la température intérieur dépassait les 22°C ! Mais en même temps, il faisait -1/0 dehors, donc cette température, sans allumer le poêle, juste avec le soleil, c’est top non ?! D’ailleurs, dès qu’il y a du soleil on est pratiquement obligée d’ouvrir au minimum une fenêtre, peu importe la saison. 😉

Les matériaux

Et du fait des matériaux naturels utilisés, l’air de la maison est vraiment sain, nous n’avons pas d’humidité excessive.

En fait nous sentons surtout la différence quand nous allons dormir chez des gens, qui habitent une maison classique, en parpaings et polystyrène. Nous ne dormons pas vraiment bien parce que nous avons une impression d’étouffement, d’humidité. Sans être excessif bien sûr. Cette sensation nous montre bien que nous n’avons pas ça chez nous !

Conclusion finale

Au final, peu importe les choix que vous allez faire, les erreurs, etc… il vous faudra un temps d’adaptation à votre maison, voir comment elle se comporte, quand et comment chauffer …. et ça, seule l’expérience vous le montrera. Parce que on ne sait jamais vraiment comment ça sera au final. Mais le plaisir de voir tous les jours ces murs que vous avez construits, savoir de quoi est faite votre maison, comment, d’avoir de la lumière et une vue magnifique sur l’extérieur, c’est juste fabuleux. Même si vous avez faits des erreurs 😉

Donc nous vous souhaitons vraiment d’avoir la maison qui VOUS correspondra ! Et que les principes que nous vous avons partagés dans cet article vous aideront à la concevoir au mieux. 🙂

Qu’est-ce que vous pensez du bioclimatisme ? Est-ce que vous comptez appliquer ses principes pour votre maison et lesquels ? Dites le nous dans les commentaires 😃

Et posez nous les questions que vous avez, nous serons heureux d’y répondre !

Partagez l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 2
  •  
  •